Message du Consul général à l’occasion de la Fête Nationale

Mes chers compatriotes, chers amis de la France,

Cette année, la pandémie ne nous permettra pas de nous retrouver comme tous les ans pour célébrer la fête nationale de la France. Chacun d’entre vous comprendra combien il importe de continuer à respecter scrupuleusement les gestes barrières.

Ces indispensables contraintes nous empêchent d’envisager la traditionnelle réception à laquelle nombre d’entre vous est habituellement invité.

En ce 14 juillet, au déroulement aussi inhabituel que l’est le cours de nos vies depuis le déclenchement de cette terrible pandémie qui affecte l’ensemble du monde, nous nous recueillerons à la mémoire de ceux qui nous ont quittés et en étroite sympathie avec ceux qui continuent de souffrir.

Mais nous célébrerons aussi, chacun dans notre cœur, toutes les bonnes volontés que seules les dures épreuves permettent de révéler. Notre gratitude ira en premier lieu aux soignants, de tous niveaux, qui sont en première ligne pour affronter la maladie, pour soigner les malades et, souvent, les guérir.

Au Cameroun, et particulièrement à Douala, leur tâche est rude. Ils l’assument avec beaucoup d’abnégation. Ils méritent toute notre reconnaissance.

Ce 14 juillet, qui célèbre au-delà de la Révolution Française, des valeurs devenues universelles – celles de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité – est aussi celui de l’espoir. Celui mis dans la guérison de tous ceux qui sont affectés, dans la fin de la pandémie et dans une rapide reprise d’une vie normale pour tous. Le Monde n’est certes pas au bout de ses épreuves tant les miasmes de la maladie n’atteignent pas seulement les corps mais affectent aussi le fonctionnement de toutes les sociétés, que ce soit l’économie, l’éducation ou l’ensemble de la vie quotidienne de chacun.

Mais le Monde, la France et le Cameroun ont déjà subi bien d’autres épreuves et s’en sont relevés, retrouvant parfois dans l’épreuve un élan salutaire. Nous devons avoir la conviction qu’il en sera de même cette fois.

Dernière modification : 07/07/2020

Haut de page